FIP.png

FIP, Emission spéciale Astor Piazzolla

Interview de Mathias Naon.

Certains artistes présents au concert comme Louise Jallu, Annick Cisaruk, Mathias Naon et le pianiste Gustavo Beytelman qui a accompagné Astor Piazzolla dans les années 70, confient leur ressenti sur sa musique.

Emission réalisée par Denis Soula avec la voix de Jane Villenet. La programmation musicale du podcast Piazzola est signée Laurent Valéro. 

26 avril 2021, réécouter l'émission : https://www.fip.fr/emissions/speciales-fip/speciale-astor-piazzolla

FIP.png
Live à Fip.jpg

FIP, concert Live : 100 ans de Piazzolla

« Il faut souligner l’importance du travail que les musiciens (d’Octetology) ont fait pour reconstituer ce répertoire perdu de l’Octeto Buenos Aires (d’Astor Piazzolla). On félicite ces artistes en place qui vont enchainer trois titres, là aussi c’est une première (…).

Les huit musiciens de l’ensemble Octetology ont interprété quelques morceaux de l’Octeto Buenos Aires qui, lors de sa création en 1954, a marqué un tournant dans l’histoire du tango. (…)

C’est Jubilatoire. C’est un beau cadeau qu’ils nous ont offert ce soir, ces jeunes virtuoses(…) »

émission co-animée par Laurent Valéro et Jane Villenet, réalisée par Denis Soula

26 avril 2021, réécouter l'émission : https://www.fip.fr/emissions/live-a-fip/concert-live-100-ans-de-piazzolla

La salida 04.2019 (2).jpg
La salida.png

La Salida

 

Projets pour le temps présent
 

« […]Le petit monde du tango hexagonal possède une densité remarquable de jeunes instrumentistes de qualité, pour beacoup issus du conservatoire de Gennevillers. A travers cette formation commune et le bouillon de culture de débuts de carrière partagés dans divers ensembles s’est développé une fraternité musicale qui débouche, ici, avec cet Octetology-Piazzolla 100 años, sur une production de haute qualité. Deux clips réalisés par Claire Petavy sur les thèmes Marrón y azul et Neotango (visibles sur YouTube) en attestent brillement. […] »

Jean-Luc Thomas, décembre 2020


www.letempsdutango.com/index.php?page=salonline&lang=fr

Octetology La salida 12.20 (1).jpg
Octetology La salida 12.20 (2).jpg
RFI.png

RFI

"El invitado de RFI" par Jordi Batalle.

2 mars 2021, Réécouter l’emission :

https://www.youtube.com/watch?v=05FwjWuvdPU&t=1343s

La salida.png

La Salida

 

Piazzolla en héritage

"Nous sommes fascinés par la maîtrise des interprètes, par l'organisation sans faille du son du groupe, par les passages mélodiques dont l'intensité ne chute jamais et et se distille autrement, passant des vivaces à des étirements mélodiques."

Bernardo Nudelman, Avril 2019


www.letempsdutango.com/index.php?page=salonline&lang=fr

La salida 04.2019.jpg
La salida 04.2019 (2).jpg
Urbana BA.png

Radio Urbana BA (Buenos Aires - Argentine)


«Living Urbano» par Osvaldo Manzo, Carlos Artime et Victor Oliveros.

18 avril 2019, Réécouter l’emission :
https://www.youtube.com/watch?v=eb90nljzU1c

Fréquence protestante.jpg

Fréquence protestante


l’ « Heure Musicale » de Pierre-François Falcou

30 mars 2019, Réécouter l’emission :

https://frequenceprotestante.com/diffusion/heure-musicale-du-30-03-2019/
 

Otra Parte.jpg

Otra Parte

revue culturelle (Buenos Aires - Argentine)

"Les membres de ce quintette maîtrisent avec une grande aisance les langages du tango. [...] Emedea n'a pas fait appel à la démonstration de virtuosité. Il ne recherche pas non plus à discuter d'artifices conceptuels avec le monde du tango (...). Ce disque nous dit autre chose : la vielle querelle entre le progrès et la tradition peut aspirer à de nouvelles synthèses au travers d'actes d'audace créatrice et de désirs de survie qui s'affirment aussi depuis Paris."

Abel Gilbert, 19 mars 2019

https://www.revistaotraparte.com/musica/modernisimo/?fbclid=IwAR2lQRzG-FgLpZQ6FDsxHSEHifGJwH_-hl-xxJjscJE2eFMa-GsMqmBeY6o

musicologie.org.png

Musicologie . Org

Le tango modernísimo des Emedea

 

Cinq musiciens venus d’horizons divers, mais fanas de tango et de son Dieu moderne Astor Piazzolla, forment depuis 2015 un ensemble copié sur le fameux Quinteto Tango Nuevo qui le rendit célébrissime : bandonéon (Lysandre Donoso), piano (Émilie Aridon-Kociołek), violon (Mathias Naon), guitare électrique (Adrien Marahi), contrebasse (Lucas Eubel Frontini).

Pour qui aime le tango en tant que genre musical, l’audition des 14 titres de ce cédé est un grand plaisir. D’évidence les musiciens en ont ou en ont acquis la substantifique moelle, sont ou se sont imprégnés du style. Ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui où le succès attire les instrumentistes, dont les jeunes générations qui sont en général de merveilleux lecteurs peuvent toutefois manquer, pour ce qui concerne le tango, d’habileté stylistique. Astor Piazzolla a hissé le tango dans le cadre des musiques savantes, mais il ne serait pas tango si la tradition populaire, ses accents, ses tics, ses sautes d’humeur, en étaient totalement bannis.

Le tango du Quinteto Emedea fils du Quinteto Tango Nuevo, est un tango écrit qui évite les exagérations furieuses, larmoyantes, machistes, langoureuses (nous les adorons aussi), mais c’est tango tango.

On ne remarque même pas que les « incontournables », tels Oblivion, Las cuatro estaciones porteñas, Milonga del Ángel, Soledad, ou Libertango, sont absents du programme.

Et pour cause. La démarche des cinq Emedea est de consacrer leurs efforts au répertoire inédit du maître qu’ils retranscrivent d'après des enregistrements d’époque. ce doit être en effet, comme ils l’écrivent dans le livret d’accompagnement (que pour une fois nous avons lu), un long travail. Ils espèrent mettre ainsi en lumière les différentes influences qui traversent l’œuvre d’Astor Piazzola.

Nous sommes ici un peu frustrés, car on n’en dit pas plus. N'aurait-il pas été possible d'exemplariser cette idée par une courte présentation des numéros du programme pour en diriger quelque peu l’écoute : l’origine des enregistrements, ce qui a motivé le choix ?

Il reste que le tango se nourrit du monde dans lequel il évolue, il est chanson à danser, musette, jazz, big band, il est devenu savant, voire académique, on y entend par exemple et entre autres chez Piazzolla des motifs pulseurs inspirés par Stravinski. Dans le fond, c’est une musique qui est faite in vivo par ceux qui la jouent. Piazzola a joué lui-même des versions différentes de ses succès, parfois plus académiques, plus jazz, voire jazz-rock.

Le tango est un genre solide. Tout en absorbant, en brassant des parts hétéroclites du monde, il reste lui-même, fédérateur, comme toute autre musique quand l’humanité s’en mêle.

Jean-Marc Warszawski, novembre 2019

https://www.musicologie.org/19/le_tango_tango_modernisimo_des_amedea.html

Radio Dos Rosario (Rosario - Argentine)


«A todo Tango» de Gerardo Quilici


Réécouter l’emission du 19 mars 2019:
https://www.mixcloud.com/jmandres16/te-invitamos-a-escuchar-al-quinteto-emedea/?utm_campaign=notication_new_upload&utm_medium=email&utm_source=notication&utm_content=html&fbclid=IwAR01DdGRbaKDmdOWFfyK3_5l3kBOkeTgRZHaQ_NCmJYFLjh9mWHQ7WWHreY

TANGUÍSIMO !​

Proposer un regard nouveau sur la modernité du grand Astor Piazzolla, tel est le propos de ces cinq merveilleux musiciens : Lysandre Donoso (bandonéon), Émilie Aridon Kociolek (piano), Mathias Naon (violon), Adrien Merahi (guitare électrique) & Lucas Eubel Frontini (contrebasse).
Fruit d’un important travail de recherche, de transcription et d’interprétation, «Modernísimo» présente une sélection de standards du tango, des compositions emblématiques et des pièces explorant de nouveaux langages
harmoniques & rythmiques, inspirés du jazz : Nonino / Iracundo / Berretín / Lo que vendrá / Introducción al ángel / Tres minutos con la realidad / Los mareados / Retrato de Alfredo Gobbi / Quejas de bandonéon / Patchouli / Contrabajeando / La mufa / Contemporáneo / Coral.

Francis Benoît Cousté, Wukali, 15 mars 2019